MNT, mutuel nationale territoriale
 

Introduction

 
Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont la première cause de pathologie professionnelle en France.
Ils constituent donc un enjeu majeur de santé au travail.
Le risque de TMS doit être évalué par les entreprises et transcrit dans le "document unique d'évaluation des risques" (ED886).
 

Les facteurs biomécaniques

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) recouvrent diverses maladies liées aux postures de travail extrêmes, aux efforts excessifs et aux gestes répétitifs en milieu professionnel.
Les facteurs de risques biomécaniques sont les positions angulaires articulaires extrêmes, les efforts excessifs, la répétitivité des gestes, le travail en position statique maintenue.

Un temps de récupération insuffisant augmente significativement l’effet de ces facteurs biomécaniques.
Intensité des forces Durée de l'exposition Fréquence de la répétition des efforts Contrainte posturale excessive Effort musculaire intense ou de longue durée
Exemples de facteurs biomécaniques
Cliquez sur les vignettes pour plus d'informations
Posture défavorable
Posture défavorable
Application de forces de grande intensité
Application de forces de grande intensité
Charges s'exerçant pendant une durée prolongée
Charges s'exerçant pendant une durée prolongée
Inactivité musculaire
Inactivité musculaire
Manipulation d'objets fréquemment répétée
Manipulation d'objets fréquemment répétée
Exemples de facteurs biomécaniques indirects
Cliquez sur les vignettes pour plus d'informations
Vibrations
Vibrations
Ambiance thermique
Ambiance thermique
Ambiance lumineuse
Ambiance lumineuse
 

Les facteurs psychosociaux

Les facteurs de risques psychosociaux quant à eux vont entraîner un état de stress qui augmentera le niveau de sollicitation biomécanique : certaines modalités d’organisation, la perte de contrôle du travail, la réduction des marges de manoeuvre du salarié, les relations interpersonnelles...
Conditions psychosociales Organisation du travail Ambiances de travail défavorables
Ils peuvent renforcer l'influence des tensions mécaniques ou être à l'origine de TMS dus à l'augmentation de la tension musculaire et à une altération de la coordination motrice.
Le stress au travail augmente la tension musculaire : on se sent plus "tendu" sur l'ensemble du corps.
Stress, facteurs organisationnels
Travail sous contrainte de temps, absence de maîtrise des tâches, soutien social faible
Risques Augmentation de l'impact des contraintes physiques Augmentation de l'absentéisme
Solutions Rotation des tâches Enrichissement des tâches Diminution des facteurs sociaux négatifs
Les origines du stress
- la charge de travail,
- la pression temporelle du travail,
- les exigences attentionnelles liées à la tâche,
- l'autocontrôle sur le travail,
- la participation,
- le soutien social des collègues et de la hiérarchie,
- l'avenir professionnel,
- la reconnaissance.

Les effets du stress
- Pour un même travail, l'effort est accru.

- Le stress peut aussi exercer un effet indirect sur l’appareil locomoteur : un opérateur stressé peut travailler trop vite, trop intensément, trop longtemps, négliger sa posture ou ne pas prendre le temps d’ajuster son poste.

- Le temps nécessaire à la récupération fonctionnelle s’allonge, car la capacité des défenses immunitaires et des systèmes de réparation pour lutter contre les problèmes de TMS peut être limitée par les réactions au stress.

- Lorsqu’il est chronique, le stress augmente la fréquence des TMS et modifie leur expression. Il amplifie la perception de la douleur et rend les opérateurs plus sensibles aux facteurs de risque de TMS.
 

Le cas du travail informatisé

 
 

En savoir plus

 
Et les facteurs de risque personnels ?
 
Le patrimoine génétique des individus et leurs antécédents médicaux et traumatiques peuvent être les causes de TMS. Il est admis que le diabète ou une fracture du poignet sont des facteurs de risque du syndrôme du canal carpien. Des états fonctionnels, tels que les déséquilibres hormonaux, peuvent aussi favoriser la survenue d'un TMS du membre supérieur.

L'environnement peut aussi jouer un rôle : modes de loisirs (sport, activité musicale, etc.) ou habitudes domestiques (ménage, couture, etc.).